Clovis , un enfant du siècle

Clovis – Polar

C’est une fleur de l’ombre, de celles qui poussent en liberté mais ne se révèlent pleinement qu’au grand jour. Enfant du hip – hop à la plume enragée et au spleen fécond, Clovis a fait ses premiers pas sur scène et en studio en 2019, au sein du lieu de création artistique Mains D’Œuvres. Une école exigeante, où il a eu la chance de travailler pendant un an aux côtés de Gaël Faye et d’une équipe de professionnelles chevronnées. L’occasion pour lui d’affiner sa technique et d’affirmer son style si particulier entre poésie habitée et kickage en règle, entre  humeurs et humour.
À seulement 21 ans, Clovis n’a pas peur d’assumer une indépendance artistique et musicale totale. Et s’il revendique son appartenance à  a grande famille du  rap,
c’est pour mieux s’en affranchir des codes. Chez lui, pas d’égotrip légendaire ni de mensonges pour s’inventer une «street cred». Si ce gamin de Nanterre (92) rappe avec rage et envie, c’est d’abord parce qu’il est porté par une nécessité: celle de raconter les peines et les solitudes d’une génération – la sienne – pour mieux les magnifier.

Pour son prochain titre, Clovis rend hommage aux polars à la française. Un texte aux accents de banditisme à la parisienne, de films noirs des années 50 ou d’Olivier Marchal. Polar revient sur un univers opaque, sombre, qui suscite chez nous tous une fascination  teintée de peur pour des figures maléfiques qu’on ne peut s’empêcher d’admirer.

Défiler vers le haut