Résoudre : *
26 − 11 =


Résoudre : *
19 − 9 =

Le street artiste Falko One s’amuse avec son environnement pour faire vivre son art à travers les rues des villes, qui se fondent parfaitement dans le décor… Il est l’une des figures emblématiques du street art en Afrique du Sud, et offre l’art aux populations les plus démunies afin de les y sensibiliser. Par ce même projet, il redore l’image des rues en dessinant des animaux du continent africain, et remet la nature dans l’espace urbain.

Originaire de Cap Town (Le Cap) en Afrique du Sud, Falko One vient d’une famille modeste : sa mère est comptable et son grand-père est concierge. Le jeune artiste graffe depuis ses seize ans, inspiré par un magazine allemand sur le street-art qu’il découvre en 1986. Il prend alors le blaze de « Falko », surnom qu’il a depuis son enfance en référence à la chanson Rock Me Amadeus du musicien Falco, sorti en 1985. Trois ans après la fin de l’Apartheid et au début du mouvement hip-hop, mené par l’album Straight Outta Compton de N.W.A., il peint son premier mur au Lycée Westridge, dans la Mitchells Plain, l’une des plus importantes townships du Cap.

Falko exerce le spray depuis 1988, et s’inspire de ses racines sud-africaines mais aussi de la musique hip-hop pour nourrir son travail. Son modus operandi consiste à graffer un modèle précis en prenant en compte l’environnement dans lequel il souhaite œuvrer. Il joue avec les éléments de l’architecture africaine pour les incorporer dans son œuvre : une rame d’escalier devient donc une trompe d’éléphant, des fenêtres sont des naseaux de chèvres, un arbuste se transforme en crinière de lion… en résulte des scènes comiques comme poétiques, les gens pouvant même interagir avec les œuvres de Falko One ! L’artiste prend son œuvre en photo une fois l’œuvre prête. Surgissent alors des rues des quartiers pauvres des animaux colorés et parfois psychédéliques : des oiseaux, des gorilles, des caricatures, des créatures mythiques, mais surtout des éléphants, le pachyderme étant un peu son « animal totem »… cet animal majestueux incarne selon lui le lien social et l’attention envers l’autre. Son premier éléphant remonte à 2014, et a été réalisée à Dakar, au Sénégal.

Le street artiste voue une véritable obsession pour la ville et lance le projet « Once Upon A Town » (« Il était une ville »), depuis 2010 : le projet consiste à faire revivre  et embellir les rues des quartiers insalubres d’Afrique du Sud par des œuvres puissantes, colorées et poétiques. Au total, c’est trois-cent œuvres murales qu’il crée durant cette année. Falko One fait donc le tour des villages les plus pauvres d’Afrique du Sud (notamment les townships de la périphérie de Cape Flats, villages dont il est originaire) pour y laisser son empreinte artistique et poétique. Ce projet a été immortalisé par le photographe Luke Daniel.

Le but de son travail ? Changer la perception des gens face à la ville, mais surtout des quartiers pauvres, et en faire une galerie d’art en plein air, accessible à tous. Il souhaite aussi redonner de l’espoir aux populations locales qui subissent la misère, car pour lui, l’art est un outil social qui permet le développement et l’éducation. Aimant passionnément son Afrique natale, l’artiste cherche à renouer les couches sociales les plus pauvres avec l’art, à travers son œuvre. Eh oui : Falko One est un activiste dans l’âme : ses projets tournent autour de la communauté, des questions environnementales et des problèmes de racisme qu’il a connu avec la ségrégation.

Ambassadeur du street art sud-africain, Falko One a notamment travaillé avec le British Council d’Afrique du Sud et le gouvernement afin de favoriser l’accès à des ateliers artistiques aux populations les plus défavorisées, pour que celles-ci se fassent leur propre expérience esthétique. Il participe également à la White For Gold en 2006 : il s’agit d’une compétition de graffitis pour laquelle il représente l’Afrique du Sud.

Reconnu du milieu, Falko One est sponsorisé par la marque Red Bull afin qu’il voyage partout à travers le monde, et ainsi qu’il parsème son art. Par ce partenariat, il s’est produit en Inde à Darhavi en 2009, et Delhi et Agra en 2012, après avoir vu le film Slumdog Millionaire, réalisé en 2009, et The Darjeeling Limited sorti en 2007. C’est à travers ce voyage qu’il réalise le projet The Herd is in Mumbai.

En tout, Falko One a réalisé deux cents de ses éléphants dans le monde entier, entre la France, le Kenya, l’Angleterre et l’Afrique du Sud. Il a aussi réalisé une fresque pour le cinquantième anniversaire des Nations Unies, et les Jeux Olympiques d’Athènes en 2004. Il est entretemps devenu ambassadeur pour Adidas pour la branche Orginals, et participe activement aux campagnes de pub MTV, Puma, Levi’s. Bien sûr, il est présent pour le 79ème anniversaire de Nelson Mandela ! En 2016, il participe au projet Global Street Art à Londres, et réalise la fresque Caged Elephant  dans le quartier de Camden. En 2019, il présente avec vingt-cinq autres artistes sud-africains le Hennessy Wall of Fame, pour l’ouverture du premier Musée du hip-hop vers le Museum Africa de Newtown.

Depuis plus de trente ans maintenant, Falko One pratique son art et est le pilier du street art sud-africain, improvisant pour les causes sociale et y amener un changement. Derrière lui, c’est deux-cents graffeurs que l’on compte aujourd’hui, poussés par l’initiative du projet « Once Upon a Town ». Si un jour vous croisez une de ces œuvres, n’oubliez pas de la mentionner sur les réseaux sociaux avec la mention #PaintMyTown !

Alice NICOLAS

Défiler vers le haut