Résoudre : *
14 × 29 =


Résoudre : *
27 − 15 =

C215 ? C’est l’artiste le plus productif et le plus influent de la scène du street art, en France comme dans le monde ! Le street artiste travaille dans la rue comme dans les musées. C215 est vu par le célèbre Shepard Fairey (aka Obey) comme étant celui qui « a rendu le pochoir vivant »… voici donc l’histoire d’une légende de l’art urbain…

C215, de son vrai nom Christian Guémy, est un artiste urbain et pochoiriste français originaire de Bondy. Né en octobre 1973, il est élevé par ses grands-parents après le décès de sa mère, à l’âge de six ans. Le petit garçon entre dans un collège catholique. Là-bas, il dessine des bandes dessinées avec l’ancien matériel de sa mère, afin de les publier sur le journal de l’école. Christian y dépeint aussi des caricatures de ses professeurs et camarades de classe. Il s’est essayé au tag adolescent, mais sans trop prendre ce passe-temps au sérieux… En 1989, alors qu’il est âgé de quinze ans, le jeune ado graffe donc un peu avant d’abandonner la pratique, car il ne se sent pas en adéquation avec le mouvement hip hop.

Il finit par intégrer l’université où il obtient plusieurs diplômes : une maîtrise d’histoire, un master d’histoire de l’architecture et un master en histoire de l’art à la Sorbonne. Christian se fascine entretemps pour la lumière et la subversion de Caravage, l’illustration de Botticelli et la maîtrise parfaite de Véronèse. Le jeune artiste en devenir s’influence également du travail d’Hans Baldung Grien et Dürer, et retranscrira l’éclat et la beauté de ces classiques de l’art dans nos villes actuelles. En même temps que ses études, Christian contribue à l’encyclopédie des Compagnons du Devoir. Il devient ensuite chargé d’études pour un syndicat de meubles, avant de travailler comme responsable export dans l’industrie textile, puis dans la finance.

Il part vivre et travailler à Ivry-sur-Seine, dans le Grand Paris. En 2006, il réalise ses premières œuvres d’art au sein de sa ville. En effet, l’art commence pour Christian Guémy sur fond de chagrin d’amour. À l’âge de trente-deux ans, Christian se sépare de sa femme, ce qui l’empêche de voir sa petite fille de deux ans. Pour montrer qu’il pense toujours à sa fille Nina, il réalise plusieurs dessins d’elle sur les façades d’immeubles de son quartier, en dépeignant son évolution. Plus tard, il conviera des centaines d’artistes internationaux à transformer sa ville d’Iry-sur-Seine…

Christian Guémy, devenu C215, commence donc le street art par le pochoir, la bombe et le spray. C215 est un graffeur engagé qui use du pochoir avec brio, afin de réaliser les portraits de personnalités importantes de l’histoire et de la société. Il peint aussi bien dans la rue, sur des matériaux recyclés en atelier, que dans des prisons, des écoles et des lieux symboliques. Ce grand globe-trotter peut également dépeindre des portraits de personnes croisées lors de ses voyages, ou des soldats de la Grande Guerre dans les rues de Paris, lors d’événements et dates historiques. Sa patte est très reconnaissante, et l’artiste appose toujours sur ses œuvres son logo composé d’un cube et de son blaze. Il a été notamment reconnu pour avoir réalisé le portrait de Simone Veil, de Christiane Taubira, ou encore de Cédric Herrou, militant des droits humains.

Les pochoirs sont conçus en respectant l’échelle indiquée par l’artiste, à « hauteur d’homme », même si certaines de ses œuvres sont à grande échelle. Il réalise un gros travail de pochoir qu’il confectionne par rapport au tracé de son dessin originel, puis il découpe le pochoir selon un jeu de couleurs et de lumière qui lui est propre. C215 met en avant les anonymes. Ses sujets de prédilection sont les enfants et la jeunesse (en référence à sa fille notamment), les laissés-pour-compte, les anonymes, les amoureux, les animaux (les chiens, les chats, les oiseaux…). Son style est bichromique, mais il peut faire des compos plus colorées.

Le street artiste essaie de réaliser une œuvre en fonction du lieu et de son contexte, avec les divers éléments de la rue. Selon lui, l’art doit se confondre avec son environnement, et dialoguer avec les éléments qui le composent. C215 fait preuve d’un véritable esthétisme. Au-delà des grands maîtres du classique, C215 admire son contemporain Ernest Pignon Ernest, figure emblématique de l’art de rue en France. Comme lui, il souhaite insuffler de la poésie et de l’émotion dans ses œuvres et au cœur des villes désincarnées. Les visages qu’il dépeint sont certes anonymes, mais très expressifs de par la profondeur et la lumière de son travail. Le regard de ces inconnus en est davantage sublimé, et exprime toute leur humanité. Par son art, C215 témoigne de son besoin de retrouver une certaine humanité envers les passants des rues qui, en voyant ses portraits, se confrontent à leur propre humanité. C’est pour cela que ses œuvres se veulent accessibles à tous, afin que tout le monde puisse pleinement jouir de son travail…

C215 est engagé pour diverses causes : il soutient Cédric Herrou, passeur de migrants poursuivi par la justice, s’exprime sur la liberté d’expression en Turquie auprès des Reporters Sans Frontières, par rapport  à l’emprisonnement des journalistes sous décision d’Erdogan… C215 est également impliqué dans le mouvement « Toujours Charlie », en mémoire des journalistes, personnels et policiers en relation avec Charlie Hebdo, assassinés par des terroristes islamistes. L’artiste soutient à l’association ATD Quart Monde pour lutter contre pauvreté.

Le pochoiriste présente ses œuvres peintes sur des objets de recyclage dans de nombreuses galeries en France, dans des expositions personnelles et collectives. Il expose et œuvre également à l’international, de Londres à Berlin, Rome, Barcelone, puis Amsterdam, en passant par New York  San Francisco, Sao Paulo, Casablanca, Jérusalem, Delhi, Istanbul ou encore Saint-Pétersbourg. Il réalise bon nombre d’œuvres en France entretemps. Il commence par réaliser une fresque sur le fameux M.U.R d’Oberkampf en 2007. En 2013, le jeune artiste réalise un mur peint de 25 mètres ayant pour sujet un chat à Paris, à l’arrêt de métro Nationale. La même année, il peint le visage de la ministre de la justice Christiane Taubira, victime de racisme. Pourtant pas grand joueur de jeux vidéo, il est contacté par Ubisoft Montréal pour se voir proposer la réalisation d’œuvres pour un jeu en cours de conception. Il se trouve en effet que le travail de C215 a une esthétique en totale symbiose avec l’esprit du jeu vidéo. C’est donc une vingtaine d’illustrations de C215 qui parsèment le jeu d’action et d’aventure Far Cry 4, paru en novembre 2014 !

En 2016, il réalise le portrait en pochoir du policier Ahmed Merabet sur une boîte à feu située boulevard Richard-Lenoir, avec la phrase « Je suis Ahmed ». Il s’agit d’une commande du commandant Stéphane Motel du commissariat du 11ième arrondissement de Paris, ancien lieu de travail d’Ahmed. Il réalise et inaugure l’œuvre devant les proches du disparu. Il dépeint le portrait aux couleurs de la République, à l’aide de photos du policier confiées par la famille. La même année, C215 « signe » un timbre pour la Post pour rendre hommage à l’auteur-compositeur et interprète Léo Ferré, pour l’anniversaire de ses cent ans. Un an plus tard, il participe au festival Point de vue, premier festival de street art organisé à Bayonne. Il dédiera dix de ses œuvres sur des boîtes aux lettres à l’occasion. Le 1er juillet 2018, lors de la panthéonisation de la magistrate et femme d’Etat française Simone Veil, C215 réalise deux fresques en sa mémoire, qui seront vandalisées à coups de croix gammées. Le street artiste restaurera ces portraits aux côtés du fils de Simone Veil, Pierre-François Viel. En mai 2019, l’artiste de Vitry rend hommage aux Poilus, Zouaves et Tirailleurs sénégalais sur la boîte aux lettres proche du musée de la Légion d’Honneur, à l’occasion de l’exposition caritative « Cent ans Après ». Pour le coup, c’est très peu de temps après que l’œuvre a fini dérobée…

En mars 2020, il réalise un portrait en mémoire de Laurent Barthélémy, un jeune ado ivoirien décédé dans le train d’atterrissage d’un avion, alors qu’il tentait de rejoindre la France. Un an après, il crée une tribune qui réunit une cinquantaine d’artistes, de galeristes et d’élus locaux qui demandent au Président Macron un soutien pour l’art urbain, grand oublié du plan de relance culturelle du gouvernement en temps de confinement. Après publication de la tribune, l’artiste est reçu par Frank Riester et Julien Dormandie, à la tête d’une délégation pour demander un soutien financier des pouvoirs publics à l’art urbain. En juin 2020, alors que le Covid-19 fait rage, C215 dépeint le portrait d’Aicha Issadounène, première caissière victime de la pandémie, sur un mur de Saint-Ouen où elle résidait. Fin juillet 2020,  il peint le portrait du docteur Jean-Jacques Razafindranazy, un des premiers médecins décédés du Covid-19 en France, à l’entrée du centre hospitalier de Soissons (lieu de fonction du docteur). L’œuvre se fait en compagnie du Maire de la ville et de la famille de l’urgentiste. Le 12 avril 2019, il inaugure un nouveau foyer pour femmes sans abri à la Mairie du 5ième arrondissement en graffant un portrait de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, présidente d’ATD Quart Monde de 1964 à 1969. Fin mars 2020, pour soutenir les hôpitaux de France, il met en vente des tirages de son œuvre L’Amour au Temps du Coronavirus, au profit de la fondation des hôpitaux de France.

C215 est un street artiste engagé qui cultive chaque jour un peu plus son humanité, au fil de ses créations. Il rend hommage aux personnalités s’étant battu pour l’Histoire et des causes qui lui sont chères, sans oublier les personnes du quotidien dont personne ne s’indiffère. Généreux, hyperproductif, il graffe dans les rues pour les embellir de sourires, de couleurs et de regards pleins d’espoir. Aujourd’hui, vous pouvez toujours retrouver son œuvre éparpillée dans le Marais à Paris, en hommage aux grands maîtres du Grand Siècle tels que Madame de Sévigné, Jean-Jacques Rousseau, Philippe de Champaigne ou encore Molière… Découvrez également ses œuvres en atelier au Musée Art42 et Fluctuart (veuilez en revanche réserver la visite à l’avance pour Art42 : http://www.art42.fr/fr/visites.html)! Pour les passionnés de street art, vous pouvez aussi vous procurer bien des livres sur son art…

Alice NICOLAS

Défiler vers le haut